Changing Climates / Changer d’air - Attend Events
Skip to content
Facebook
Twitter
Blog
LinkedIn
Instagram
YouTube
Search
Login Communities Publications About AAA Contact Join Donate Shop FAQs
AAA 2016
AAA 2016

In This Section

Changing Climates / Changer d’air

From Our Sponsors

In This Section
Videos

Why I am AAA


View more videos

Changing Climates: Struggle, Collaboration, and Justice//Changer d’air : Lutte, collaboration et justice

We are thrilled to announce the theme of the joint AAA/CASCA 2019 Meeting to be held in Vancouver, British Columbia, Canada: Changing Climates: Struggle, Collaboration, and Justice / Changer d’air: Lutte, collaboration et justice. This theme was developed through a collaborative effort by the Executive Program Committee, which includes members of both CASCA and the AAA.

 

ENGLISH VERSION

“Changing Climates / Changer d’air”: AAA and CASCA are collaborating for the first time to host the 2019 Annual Meeting in Vancouver, British Columbia. The Executive Program Committee invites anthropologists and their collaborators to examine how we engage with communities around issues of change over time, including climate change, to envision and build a more equitable future. In this sense, “climates” signals the contexts in which we work: environmental, social, and political climates, as well as climates for research, for inclusion and equity, and for teaching. “Climates” also points to anthropology’s holistic approach, which connects systemic elements and can illuminate shifting relationships, conflicts, and opportunities.

“Struggle, Collaboration, and Justice” reflect the context, dynamic, and outcomes that we seek through our work. We call for a reflection on “Struggle,” acknowledging the complex nature of change, which often includes challenges, conflicts, and misunderstandings, as well as different forms of resistance and resilience. Struggle can also be romanticized even as it re-entrenches power. We must acknowledge these facets of our work to note sources and productive outcomes of tension.

“Collaboration” highlights how anthropologists engage with various communities, from local to global, to construct research questions, design approaches, and make recommendations. Anthropology’s focus on local experience and perspectives provides us with a set of theoretical and methodological tools for building relationships with communities—relationships that can evolve into genuine coproduction of new knowledge. This is a call to bring your collaborators into conversation at the Annual Meeting about how these relationships develop and change over time. Collaborators could be those you learn from, the people who conduct research with you, or the people who learn from you. For those without collaborators, this will be an opportunity to envision developing relationships that are built on reciprocity, trust, and deep collaboration.

And finally, we call for a reflection on “Justice” to highlight the potential for these collaborations to contribute to reconciliation, self-determination, decolonization, redistribution as well as other ways of addressing power inequalities. Anthropology’s commitment to long-term research and integrative theory and methods provides a unique perspective on how prehistoric, historical, and current events contribute to ongoing inequalities and subjugation, as well as how to design collaborative projects that have the potential to generate more just opportunities that matter in practice.

Since we are convening in Vancouver, on unceded lands of the Musqueam, Squamish, and Tsleil-Waututh First Nations, we want to offer opportunities to highlight how anthropology connects to Indigenous communities through active collaborations as well as struggles to deal with anthropology’s implications in ongoing coloniality.

VERSION FRANÇAISE

« Changer d’air / Changing Climates » : Pour la première fois en 2019, la American Anthropological Association (AAA) et la Société canadienne d’anthropologie (CASCA) collaborent en vue de tenir un congrès conjoint à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le comité directeur du programme invite les anthropologues et leurs collaborateurs à examiner notre façon de travailler avec les communautés aux prises avec des enjeux relatifs au changement d’ère, notamment en lien avec les changements climatiques, afin de concevoir et de construire un avenir plus équitable. En ce sens, la partie principale du thème, « changer d’air », renvoie aux changements touchant les contextes dans lesquels nous travaillons—qu’ils soient environnementaux, sociaux et politiques—ainsi qu’à ceux touchant les milieux de la recherche et de l’enseignement, mais également les espaces d’inclusion et d’équité. Cette composante du thème renvoie aussi à l’approche holiste en anthropologie, qui permet de mettre en lumière les relations en mutation entre les divers éléments de ces contextes, ainsi que les conflits et les possibilités qu’elles sous-tendent.

La composante « Lutte, collaboration et justice » reflète le milieu, la dynamique et les résultats que nous visons à travers nos travaux. Nous invitons à réfléchir à la « lutte », conscients de la nature complexe du changement qui sous-tend souvent des défis, des conflits, des malentendus ainsi que différentes formes de résistance et de résilience. La lutte peut aussi être idéalisée alors même qu’elle participe à réaffirmer les relations de pouvoir existantes. Voilà des facettes de notre travail à considérer pour repérer les sources, mais également les résultats productifs des tensions.

« Collaboration » souligne la façon dont les anthropologues s’engagent auprès de diverses communautés, tant sur les plans locaux qu’internationaux, afin d’élaborer les questions de recherche, de concevoir les approches et de formuler des recommandations. Les expériences et perspectives locales au cœur de la démarche anthropologique nous fournissent un ensemble d’outils théoriques et méthodologiques utiles pour nouer des liens avec les communautés, lesquels peuvent déboucher sur une véritable coproduction de nouvelles connaissances. Vous êtes invités à convier vos collaborateurs à participer, lors du congrès, à la discussion sur la façon dont ces relations se développent et évoluent. Les collaborateurs peuvent être les personnes auprès desquelles vous apprenez, celles avec qui vous menez vos travaux de recherche ou celles qui apprennent de vous. Les participants et participantes qui n’ont pas de collaborateurs pourront profiter de l’occasion pour songer à établir des liens reposant sur la réciprocité, la confiance et une collaboration féconde.

Enfin, nous vous invitons à réfléchir à la « justice » afin de mettre en relief comment ces collaborations peuvent contribuer à la réconciliation, à l’autodétermination, à la décolonisation, à la redistribution ainsi qu’à d’autres moyens de corriger les inégalités de pouvoir. De par son engagement envers la recherche à long terme ainsi qu’envers la théorie et les méthodes intégratives, l’anthropologie offre une perspective unique sur la façon dont les événements préhistoriques, historiques et actuels participent aux asservissements et aux inégalités toujours existants, ainsi que sur la manière de concevoir des projets de collaboration susceptibles d’engendrer des possibilités plus justes qui seront en mesure de faire la différence.

Comme nous nous réunirons à Vancouver, sur les terres non cédées des Premières Nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh, nous voulons que cet événement offre des occasions de souligner les liens entre l’anthropologie et les communautés autochtones. Ces liens se nouent et se renforcent tant dans la collaboration active que dans les luttes pour faire face aux implications de la discipline anthropologique dans la colonialité, une réalité toujours d’actualité.                               



You Might Also Like